Cancer et convalescence

Le cancer est l’une des maladies les plus graves et les plus anxiogènes qui existent, même s’il en existe des formes plus virulentes que d’autres. Et si la prise en charge médicale est performante, s’il est exact que de réels progrès ont été accomplis dans ce domaine, il n’en demeure pas moins que du côté humain les choses laissent encore souvent à désirer. Bien des patients atteints de cancer se plaignent du manque d’humanité des docteurs en charge de les soigner, et globalement de la ‘froideur’ des services oncologiques.

On peut comprendre la position des soignants, confrontés quotidiennement à des personnes en souffrance dont la survie à court et moyen terme n’est pas garantie – d’où une certaine retenue.

Mais on peut – et l’on doit ! – également comprendre les malades qui sont dans les ténèbres et qui craignent pour leur vie : que leur propose-t-on, concrètement, pour les aider sur ce plan là ? En général, pas grand-chose, hormis peut-être une consultation avec un psychologue. Et la famille du malade, à laquelle on ne pense guère, n’est-elle pas elle aussi dans l’inquiétude, dans l’expectative d’un dénouement dont, jusqu’au bout, elle ignore s’il sera favorable ou non ? Voilà bien un aspect de la prise en charge des malades qu’il conviendrait d’améliorer.

Toutes ces épreuves, ces angoisses, ces manques, je les ai personnellement vécus il y a de cela une douzaine d’années lorsque j’ai du me battre contre un lymphome malin qui, au stade (quatre) de développement qu’il avait atteint, était censé me terrasser en peu de temps – d’après l’hématologue en charge de mon cas. Mais contre toute attente, j’ai survécu – non sans mal, certes ! – à cette épreuve et j’ai pu reprendre une vie ‘normale’ après une longue convalescence. J’ai intégré cette expérience de vie de la même manière que j’assimile tout ce qui m’arrive, car je considère la vie comme une exploration incessante de soi, de ses pouvoirs comme de ses faiblesses.

J’ai décidé de raconter mon histoire, en pensant qu’elle aiderait sans doute d’autres personnes dans ma situation à mieux comprendre et par conséquent à mieux vivre ce qu’il leur arrive – ouvrage intitulé « Le fruit du hasard ».

 

ChirlivreLe fruit du hasard

 

 

« Ce livre raconte le parcours d’un médecin, malade, depuis l’apparition des premiers symptômes jusqu’à la guérison. C’est l’itinéraire intime d’une longue et pénible renaissance, une sorte de journal de bord du début de sa maladie à sa convalescence. Un témoignage émouvant en forme d’espoir pour tous ceux qui sont victimes de cette terrible épreuve. »

Panier2

 

 

 

 

Et ensuite, j’ai écrit un second livre traitant de la convalescence, laquelle est souvent mal comprise et hélas négligée – ouvrage intitulé « Une seconde chance : quelle vie après le cancer ? ». Ces deux ouvrages sont disponibles aux éditions Ellébore.

 

ChirlivreUne seconde chance : quelle vie après le cancer ?

 

 

« Le retour progressif à la vie, on se le doit avant tout à soi-même, car vivre est quelque chose de merveilleux et d’étonnant. Plus on a de bonnes raisons de se battre pour se reconquérir, pour redevenir soi-même, plus on accomplira ce qu’il convient de faire de bonne grâce ».

Ce livre, écrit par un ancien malade du cancer qui a la particularité d’être un docteur en activité, raconte, étape par étape, comment s’y prendre pour recouvrer la santé et la confiance en soi. Un ouvrage qui redonne de l’espoir à ceux qui en manquent.

 

 

 

 

Témoignages

Vidéo : Souffrance pendant le cancer : traitement et solitude

Interview de Trixie de Geffrier.